accueil

Pas besoin d’aller à New York, pour goûter à Broadway

Londres, c’est la mode excentrique, les pubs qui sentent la bière, les pops ups totalement déjantés et … les comédies musicales! Ce pays merveilleux où tout est possible enchante le West End. Et dans le Broadway Made in UK, on peut vivre des vies bien différentes d’un théâtre à un autre…

  • Sortir les Gibsons : Sunny Afternoon 

SUNNY AFTERNOON TOUR - Garmon Rhys (Pete Quaife), Ryan O'Donnell (Ray Davies), Andrew Gallo (Mick Avory) and Mark Newnham (Dave Davies). Photo Kevin Cummins - copie.jpg

Les Kinks, ça vous dit quelque chose? Mais si ! Waterloo Sunset, You Really Got Me, All Day And All of Night, Lola, Sunny Afternoon…. Tous ces tubes par ces papys du rock Made in London sortis tout droit des sixties. Retour donc vers le vintage dans une bio des 4 fantastiques pas piquée des hannetons. Et la vie des rockstars, c’est jamais triste entre les groupies, et les concerts. Bien fort.

Bref Sunny Afternoon, c’est un peu comme We Will Rock You de Queen, c’est du live devenu théâtre, de la musique au service de la comédie. Bon ok il vient de partir de Londres mais peut-être qu’un city break en Angleterre, ça peut déménager dans les oreilles!

Vous serez aussi groupies en folie de School of Rock

  • Vivre dans un dessin animé grandeur nature : The Lion King

daniela-pobega-nala-in-disneys-the-lion-king-photo-brinkhoff-and-mogenburg

« Nants ingonyama bagithi baba… » Pardon ? Mais si enfin plutôt «namonianiminamamao ». Oui, oui c’est bien cette chanson qui vous a donné envie d’aller en Afrique, adopter un suricate (oui Timon est un suricate si tu veux te battre c’est ici que ça se passe) et assister à un baptême. Bon comme le singe et le bébé sur le ravin c’est niet pour le petit neveu, on reprend une tranche de merveilleux devant The Lion King. Comédie musicale où aucun animal n’a été maltraité pendant le show. Et pour cause, il n’y a que des humains. Mais comment ? C’est aussi ça la magie de Disney : oublier les plus ubuesques déguisements du monde pour faire apparaître des gazelles dans la savane.

On s’offre aussi un monde de mille et une splendeurs avec Aladdin

  • Devenir sale gosse à l’école : Matilda

royal-shakespeare-companys-production-of-matilda-the-musical_credit-manuel-harlan-19-copie

Teu,teu,teu, je t’entends. Oui Matilda n’est pas une mauvaise élève, c’est même son problème. Euh, on parle d’une petite fille qui arrive à faire fuir la directrice de son école avec des livres et des inscriptions sur un tableau noir. Bon ok elle était méchante  ! (Désolée pour le spoil pour celles qui n’ont pas le livre de Roald Dahl.) Mais ce qui est bien dans la comédie musicale Matilda, c’est qu’on plonge directement d’une espèce de pensionnat bien glauque ou totalement rococo dans l’univers un peu beauf de ses parents. Heureusement que la petite fille a sa cachette secrète, son monde où prendre un peu d’air frais et même de la hauteur. Avant de voir Matilda, un livre, ça n’était qu’un livre, après, c’est beau, ça peut faire décor majestueux pour une envie de liberté.

Mauvaise éducation obligatoire aussi dans Billy Elliot et Charlie et la Chocolaterie

  • Réviser ses classiques : Les Miserables

Les Miserable, 2015

Quoi? Les Rosbifs se permettent de toucher à l’Histoire de France? Oui et même à Victor Hugo. Mais comme on dit « Impossible n’est pas français ». L’adaptation littéraire a traversé la Manche depuis 1985, quitte à être la comédie musicale la plus jouée sur scène dans le West End et même la deuxième plus longue du Monde ! Alors directement, on passe dans quelque chose de beaucoup plus classique et pourtant de bien inventif. Oui, la scène du Queen’s theatre est bien petite mais quand Jean Valjean repart sur la route de l’exil c’est bien plus que 100 miles. Et quand les barricades entrent sur scène, c’est toute l’histoire romantique qui renaît sous les yeux. Avec des airs, des tubes, certains bien aidés par le film, on fait « tous le rêve d’un rêve ».

Retour à la base aussi avec Phantom of the Opera

Bon et puisqu’on y est, certaines Filles de Londres m’en voudraient si je ne parlais pas de Book of Mormon. Vous savez, les posters sur les bus qui interpellent vos amis «  je ne savais pas que les sectes pouvaient faire de la publicité ici ! »? Cette histoire des missionnaires partis prêcher la bonne parole en Ouganda face à des villageois pas totalement attentifs. Un petit avant-goût avec le genial Andrew Rannells.

Solène L. 

Pour d’autres sorties à Londres, suivez-moi :

instagram-4096-black-1024x1024logo-facebook-avec-des-coins-arrondis_318-9850twitter-logo-black-square

 

 

Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :

Instagram : @lf2londres
Twitter : @lf2londres
Groupe Facebook : Les filles de Londres
Page Facebook : Les filles 2 Londres la page fan
Pinterest : Les filles 2 Londres

(3 commentaires)

Laisser un commentaire (l'enregistrement du site web est optionnel)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s