accueil

Pas cliché… comme sortie! « La Photographers’ Gallery »

Pour ne plus patienter en vain à Oxford Circus.
On sait toutes ce que c’est ; on avait dit  : rendez-vous à 10h. Mais qui se retrouve à poireauter le lendemain du TGIF dans le Central London? C’est Bibi ! Alors pour ne pas se défouler sur les portants de Topshop et ronger son frein relax, il existe un endroit central, arty et calme : la Photographers’ Gallery.

Central et Calme? Serait-ce un paradoxe ? Oxford Circus ne se divise qu’en grands magasins et pièges à touristes. En se promenant sur Oxford Street, direction Primark Totenham, pourquoi ne pas prendre le chemin des écoliers et se perdre dans Soho même dans les zones, les rues les plus étranges…

04

Tenez, empruntez cette rue entre deux immeubles, Hill Place! A première vue, un entrepôt de shopping center mais si on ose vraiment pointer le bout de son nez, une singulière maison en brique au design bien futuriste.

Que peut-elle cacher? Et bien justement la Photographers’ Gallery, c’est le royaume de la photo. Alors non, ce n’est ni la Tate ni la National Portrait Gallery, mais ce sont des photos d’art de la future génération ou des clichés totalement oubliés et surtout venus d’ailleurs.

12047034_1056305857715810_3768232069855233382_n
Des destinations aussi interdites que la Lune selon les âges par Noémie Goudal, si grande qu’on se croirait perdu dans l’espace, les zones de guerre les plus macabres du monde, l’Irlande juste avant sa sanglante indépendance ou Londres au temps du Swinging.
Voilà ce que j’ai pu expérimenter depuis 5 ans dans cette galerie. Une expérience d’autant plus enrichissante que la salle peut laisser libre cours à notre imagination sur 4 étages.

12615537_1114043328608729_8487009411075572453_o
Saul Leiter

Ah oui et comment? Déjà en appréciant le design des expositions. Les clichés datés de Rosângela Rennó racontent bien son Brésil d’antan, mais sa révolution sociale serait-elle aussi bouleversante si le visiteur n’avait pas à actionner les caméras vintage du photographe pour exposer son ressenti?
Et ce n’est pas fini. Car motivé par tant de créations, pourquoi ne pas jeter son propre oeil sur la vie lors d’activités? Souvent, la descente vers le monde réel s’accompagne de workshops particuliers, drôles et décomplexés. Devenir detective sur une scène de crime IRL ou s’improviser photographe avec la caméra géante de la galerie qui permet de surveiller les passants en live.

It’s a crime scene! Explore a forensic mystery at @TPGallery #ripleyfowlerismissing pic.twitter.com/tasAnzZ77r

— A Door In A Wall (@adoorinawall) January 3, 2016

//platform.twitter.com/widgets.js

Et c’est tout? Non, toujours pas! Si l’art vous a tapé dans l’oeil, il serait temps de franchir enfin le seuil de la boutique avec des appareils fonctionnels et plus hallucinants les uns plus que les autres ou se reposer au café, histoire d’y voir plus clair sur ce qu’on a vu!

Mais comment aimer un lieu qui change tout le temps? Alors, justement pour être surpris à chaque étage et satisfaire sa curiosité à chaque salle, et pour  peu que vous soyez souvent en avance, l’expérience est gratuite et sans doute renouvelable, car l’essayer c’est vraiment l’adopter.

Solène L.

Photographers’ Gallery, 16-18 Ramillies Street, W1F 7LW.
Ouvert de 10h à 18 en semaine, jusqu’à 20h le jeudi, à partir de 11h dimanche. 
Gratuit en matinée. Place sur place : £3.
http://thephotographersgallery.org.uk/

un commentaire

Laisser un commentaire (l'enregistrement du site web est optionnel)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s