Wonder.land ou la version 2.0 du pays des merveilles

Londres, c’est un peu le Broadway européen pour les comédies musicales. Il y a, bien sûr, les grands classiques mais, telle Robin des Bois, je me fais l’avocate des challengers, surtout quand le spectacle dont on parle est au National Theatre, qu’on peut trouver des places pour 15£ et qu’on n’a pas besoin d’être un descendant de Shakespeare pour comprendre le spectacle et passer un excellent moment. 

Je vous propose aujourd’hui de découvrir la comédie musicale Wonder.land (à prononcer Wonder  dot land), au National Theatre de Southbank.

 

IMG_3750

Les réalisateurs Rufus Norris et Moira Buffini, et le compositeur Damon Albarn, ont réussi à recréer l’imaginaire et l’atmosphère onirique, et limite déjantée du roman de Lewis Carroll de 1865 (et oui, ça ne nous rajeunit pas) en lui donnant un sacré coup de jeune et en le mettant en perspective dans nos sociétés contemporaines.

La petite Aly est une adolescente qui traverse une période difficile: son père est addict au jeu, ses parents sont en phase de séparation, sa mère la délaisse et n’a d’yeux que pour son petit frère Charlie, et elle est intimidée, voire harcelée par ses camarades de classe. Une vie d’adolescente à laquelle nous avons toutes été sensibilisées, de près ou de loin, et à laquelle s’ajoute les problèmes de construction de soi et d’identité propres à cette étape de la vie. La petite Aly se cherche , et va se réfugier dans un jeu en ligne intitulé wonder.land. Aly  y crée son avatar : Alice.

IMG_1402

A travers Alice, Aly va vivre la vie qu’elle souhaiterait avoir. Le spectateur bascule, sans cesse, entre le monde offline et le monde online, entre le rêve et la réalité, entre le monde réel et le monde imaginaire où l’on retrouve tous les fameux personnages du livre de Carol Lewis: la chenille, le dodo, le lapin blanc…
Jusqu’au jour où Aly se fait confisquer son smartphone par l’odieuse directrice qui nous fait étrangement penser à la reine de cœur.

Wonder.land évoque le passage difficile de l’adolescence, et des problèmes de société, comme les dangers d’internet et du monde virtuel qui y est associé, tout en conservant le monde féerique et mystérieux d’Alice au pays des merveilles avec des décors et des costumes magiques et des animations réussies. Ce spectacle frais, magique et envoûtant a réussi à remettre au goût du jour un roman de 1865.  Pour moi, le pari est réussi!

Le site n’affiche pour le moment des dates que jusqu’à fin avril, alors à vos claviers et rendez vous sur www dot nationaltheatre dot org dot uk .

Enjoy!

Lucie
National Theatre Southbank: http://www.nationaltheatre.org.uk/shows/wonder.land

Laisser un commentaire (l'enregistrement du site web est optionnel)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s